MOULTAKA APICULTURE ET PHYTO-APITHERAPIE

50% des médicaments sont inutiles, 20%mal tolérés,5% dangereux !qui dit mieux ?

 

 

dessin revu et corrigé par Ali

50% des médicaments sont inutiles ,20% mal tolérés, 5% sont carrément dangereux .

 

Sans parler des effets secondaires qui peuvent être plus pathologiques que le mal qu'on cherche à soigner ....

 

Le holding pharmaceutique n'a pas de limite ,la preuve les génériques qui ont fleuris,sur cela j'avérti que les qsp de ces médicaments peuvent être nocifs voir dangereux ,en cas de besoin raisonné ,demandez à votre Médecin de rajouter :  non substituable ,ce sera au moins à moidre mal.

AFP : agence France Presse

ça suffit ! d'empoisonner les gens en s'enrichissant !

Témoignage poignant de deux experts .

 

13/09/2012 à 10:25

Un médicament sur deux inutile, des milliards pour la Sécu, selon un livre

Un médicament sur deux est inutile, un gaspillage qui coûte 10 à 15 milliards d'euros à la Sécu : un an après un rapport au vitriol sur le Mediator, les médecins spécialistes Philippe Even et Bernard Debré lancent une nouvelle charge contre l'industrie pharmaceutique.

 

 

augmenter la taille du texte diminuer la taille du texte voter réagir

 

Photographe : Daniel Janin - Bertrand Guay :: Montage de photos d'archives du professeur Philippe Even (G) et du professeur et député UMP Bernard Debré.

 

photo : Daniel Janin - Bertrand Guay, AFP

 

Les bonnes feuilles du "Guide des 4.000 médicaments utiles, inutiles ou dangereux", écrit par Philippe Even, directeur de l'Institut Necker, et Bernard Debré, député UMP de Paris, sont publiées dans le Nouvel Observateur jeudi.

"Il s'agit d'un livre d'information, pas d'opinion. Tout ce qui est dit est référencé et résulte de notre expérience à tous les deux, Bernard Debré et moi, et à l'analyse de milliers, de milliers et de milliers de publications", explique M. Even dans un vidéo sur le site du Nouvel Observateur.

"Ce livre aurait dû être écrit il y a au moins 30 ans par les agences de l'Etat chargées d'informer le citoyen sur la valeur des médicaments. Il n'a pas été, c'est bien regrettable", ajoute le professeur.

Le guide de 900 pages, qui passe en revue 4.000 médicaments, relève que 50% des médicaments sont inutiles, 20% mal tolérés, 5% "potentiellement très dangereux, mais, incroyable paradoxe, 75% sont remboursés".

    

 

     
  • 12 sep 16:13
  • LeNouvelObservateur
  • Dans l'Obs : le guide des médicaments utiles, inutiles ou dangereux

Leur déremboursement rapporterait entre 10 à 15 milliards d'euros à la Sécurité sociale.

Le Pr Even s'en prend tout particulièrement aux statines, les médicaments contre le cholestérol, "avalés par 3 à 5 millions de Français", qui coûtent "à la France 2 milliards d'euros par an" et qu'il juge "complètement inutiles".

Pour l'auteur d'un rapport sévère sur le Mediator publié en 2011, la faute de cette dérive est à chercher dans le "laxisme, la démagogie, l'incompétence et la corruption".

"Je crains que ce soit avant tout (lié, NDLR) à l'incompétence, arrosée par la corruption assurée par l'industrie pharmaceutique pour se procurer les 20% de bénéfices qu'elle s'accorde chaque année", dit M. Even.

"En 3 ans et demi elle double son capital et elle le quadruple en sept ans", assure-t-il, soulignant que "l'industrie pharmaceutique est la plus lucrative, la plus cynique, la moins éthique de toutes les industries".

"Amalgames"

Pour régler le problème du manque d'argent dans le domaine de la santé et du déficit de l'assurance maladie, "il suffit de retirer du marché les médicaments dangereux, inutiles ou inefficaces", selon les deux médecins.

Bernard Debré et Philippe Even s'étaient vu confier par l'ancien président Nicolas Sarkozy une mission à la suite de l'affaire du Mediator et lui avaient remis en mars 2011 un rapport au vitriol sur la réforme du système du médicament. Les deux professeurs estimaient notamment que l'affaire du Mediator était "beaucoup plus qu'un accident isolé".

L'industrie pharmaceutique (Leem) a dénoncé de son côté "amalgames et approximations" dans cet "énième réquisitoire de Bernard Debré et Philippe Even".

Ce livre "contribue à alarmer inutilement les malades et risque de les conduire à arrêter de leur propre chef des traitements pourtant adaptés aux maladies dont ils souffrent", a déclaré le Leem, la fédération professionnelle des industriels du médicament.

"Que nous consommions trop de médicaments dans notre pays, c'est tout à fait évident", a réagi jeudi sur Europe 1 Roselyne Bachelot, ancienne ministre de la Santé.

"De toutes les façons, les laboratoires qui demandent les autorisations sont obligés de s'appuyer sur des études d'efficacité qui méritent d'être revisitées", a ajouté l'ancienne ministre.

"On a aussi tendance dans notre pays à prescrire les nouvelles molécules alors que des molécules plus anciennes (...) pourraient être utilisées", a relevé Mme Bachelot.

 

'Le

Le guide des médicaments utiles, inutiles ou dangereux (Illustration Serge Bloch pour "le Nouvel Observateur")
Sur le même sujet

Preuve à l'appui ! cliquez sur le lien ci-dessous pour voir si vous avaler des poisons !!!il est temps d'arrêter ...

 

             INFOGRAPHIE. La liste noire des 58 médicaments dangereux

 

Quatre mille médicaments expertisés, leur efficacité, leurs risques et leur coût évalués ; des conseils pour prescrire ; l'historique des plus graves accidents thérapeutiques ; le point sur les grandes pathologies, les découvertes majeures et les impasses de la recherche contemporaine : ce guide de 900 pages est bel et bien une avancée spectaculaire en matière d'ouvrages mis à disposition des médecins et des malades. C'est aussi le travail d'expertise critique et indépendant qui manquait, celui qu'aurait dû produire depuis longtemps la défunte Afssaps en charge de la sécurité sanitaire.

Réalisé à partir d'une base de données – 20.000 références de recherches internationales – consultable à l'Institut Necker, cet ouvrage se veut un contre-pouvoir à la vox pharmacia et à son inflation de faux messages sanitaires destinés à faire consommer toujours plus de pilules. "Disons-le d'emblée : ce guide n'est pas un livre, écrivent en préambule les auteurs, les professeurs Philippe Even et Bernard Debré. Il n'est pas fait pour être lu du début à la fin, mais pour être consulté, comme un dictionnaire."

50% de médicaments sont inutiles

Tous deux dressent un bilan sidérant de notre pharmacologie. 50% de médicaments inutiles, 20% de mal tolérés, 5% de "potentiellement très dangereux", mais, incroyable paradoxe, 75% sont remboursés. De 10 à 15 milliards d'euros sont ainsi gaspillés chaque année, sans aucune amélioration de la santé des patients : davantage que le déficit de l'assurance-maladie. La France dépense de 1,3 à 2 fois plus que la plupart de ses voisins européens.

A travers ces chiffres, Bernard Debré et Philippe Even dénoncent une politique de santé publique contre-productive, une industrie pharmaceutique, qui invente de moins en moins, principalement préoccupée par le maintien de son chiffre d'affaires, et une élite médicale, parfois complice et silencieuse.

François Hollande, dont l'un des conseillers politiques, Aquilino Morelle, a corédigé le rapport de l'Inspection générale des Affaires sociales (Igas) sur l'affaire du Mediator et les réformes nécessaires, a sans doute conscience qu'une refonte du système s'impose.

Entretien (ci-dessous en vidéo) avec l'un des deux auteurs, Philippe Even, ancien doyen de la faculté de médecine de Paris et président de l'Institut Necker.


Dans l'Obs : le guide des médicaments utiles... par LeNouvelObservateur

  •  A lire : l'intégralité du dossier "Le Guide des médicaments utiles, inutiles ou dangereux" dans le "Le nouvel Observateur" en kiosque jeudi 13 septembre.

 

Au sommaire du dossier :

- France : la fièvre de l'ordonnance

- Cholestérol : la folie des statines

- Le syndrome de Sissi où l'invention de maladies

- 94 médicaments d'excellence

- Les 58 médicaments dangereux

- Le business des poudres de perlimpinpin

 

 

 

 

Où va t-on ? et on veut interdir les produits naturels pour se soigner ou épauler sa santé au quotidien...

Refléxions personnelles :

Il faut faire attention au quotidien ,à ce qu'on mange,ce qu'on boit ,ce qu'on réspire ...

Bien dormir ,bouger ,se motiver pour des projets de valeurs

avoir des liens sociales forts et de valeurs .Rire ,fuire la morosité .Et pour finir selon votre chemin ,penser à lever le regard au ciel : c'est nécessaire .

Nous venons pas de rien et nous sommes pas là par hasard .

Question fondamentale .

 

ALI SEBAAOUI

APITHERAPIE- APICULTURE- MEDECINE TRADITIONNELLE CHINOISE- PHYTOTHERAPIE.

Militant pour la biodivérsité ,défenseur des abeilles .

conseiller scientifique à l'AFA : ass francophone d'apithérapie

 



13/09/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 203 autres membres